Brousse lit

Surnommé le Boss, parce qu’il l’est et parce que c’est plus simple à prononcer, Brousse Prinestine (la vraie prononciation de par chez nous) s’est très vite imposé dans le paysage culturel américain. Et ce, grâce à sa force. À l’aide de ses gros bras pour faire des gros riffs, il a réussi à se hisser au sommet des charts plus vite que le pompier d’Albertville réussit l’épreuve du mur à Intervilles. En plus de ses gros bras, il en a aussi dans le froc le Brousse. Il trouve ça important lui, n’en déplaise aux Sex Pistols.

Et on le répètera jamais assez, mais Brousse est multi-talent. Quand il ne joue pas avec le E-Backstreet Boys Band, il débouche les éviers mieux que les plombiers, il répare les joints de culasse mieux que n’importe quel garagiste. Dans la musique, il est l’inventeur des chansons avec “Born” dedans. Patrick Hernandez, John Fogerty et autre Loup des steppes, vous n’êtes que des suiveurs ! Brousse est né pour courir en Amérique lui ! Et puis, il a aussi bourlingué au cinéma. Moi, j’ai jamais vu Tom Hanks se faire licencier parce qu’il avait chopé un bon gros virus dégueu. Par contre, les rues de Philadelphie, on les connait tous par cœur grâce à Brousse.

Bref, Brousse est tout puissant et c’est pas Gym Carré qui dira le contraire.